Il y a quelques temps, j’ai donné une conférence à Paris pour l’Ordre des Experts Comptables sur le thème du choix. Cela parait loin de leur profession…

Alors pourquoi cette demande ?

En fait, il existe actuellement 200 à 300 outils à leur disposition et il est difficile pour la plupart d’entre eux de faire un choix éclairé face à cette multiplication de possibilités.

Et ce problème n’est pas réservé ou spécifique à cette profession, loin s’en faut.

Actuellement, si vous désirez :

  • voyager
  • acheter un shampoing, des chaussures, une auto, etc…
  • faire des rénovations
  • rencontrer quelqu’un sur un site de rencontre
  • suivre une formation
  • etc …

Vous serez confrontés à une multitude d’aubaines, d’occasions, ressources… et ce, quel que soit le domaine…

C’est là où la phrase : « trop, c’est comme pas assez » prend tout son sens !

Et cela a pour conséquence de complexifier la manière de choisir pour beaucoup d’entre vous.

Car si certains acquièrent en quelques secondes une confiance absolue dans leurs décisions, d’autres y passent de longs moments et ne sont jamais pleinement convaincus.

Sur quels critères alors se baser, quelle stratégie appliquer, comment s’y prendre pour faire un choix éclairé et durable ?

Définition

Pour répondre à ces questions, il est essentiel, avant tout, de comprendre ce qu’est un choix.

La définition nous dit que c’est l’action de choisir quelque chose, quelqu’un, de le prendre de préférence aux autres.

C’est l’action par laquelle on donne la préférence à quelque chose.

Le plus important à réaliser dans cette définition, c’est qu’il s’agit d’une sélection…suite à une décision.

Choisir, c’est donc accepter que nous pouvons nous tromper – en faisant une erreur de sélection ou prenant la mauvaise décision – tout en s’engageant à faire le maximum pour que notre choix soit le bon.

À contrario, toutes les décisions que nous prenons ne sont pas forcément des choix.

Selon Jacques Salomé, lorsque :

  • Nous n’avons qu’une option, c’est un étau.

« C’est comme ça et pas autrement. »

  • Nous avons 2 options, c’est un dilemme

Noir ou blanc, haut ou bas, oui ou non, la corde ou la guillotine ???

  • Avec 3 options ou plus, cela devient un véritable choix ! Mais comme je l’évoquais plus haut, il ne faut pas qu’il y en ait trop…

Et comme dans tout acte que nous effectuons, il y a des conséquences.

Les conséquences des choix

Il y en a 2 principales qui expliquent la difficulté de choisir que rencontrent certaines personnes

  • Les renoncements

Bien sûr, le fait de choisir demandant une sélection préalable, une des premières conséquences est un deuil, un renoncement que nous serons tenus de faire.

À moins d’être multi milliardaire, si je m’achète une Ferrari, je renoncerais à la Porsche (ou inversement !). 😉

Si je décide d’aller en vacances à Bali, je n’irais pas en Grèce !

Si j’ai plusieurs invitations le même soir, j’aurais un choix à faire.

Choisir, c’est donc renoncer

Et renoncer est parfois très difficile…

  • La responsabilité

L’autre résultat d’un choix est notre responsabilité qui est engagée.

Lorsque notre choix s’avère positif, tout va bien !

Lorsqu’il apparait que nous n’avons pas fait le bon choix, c’est plus difficile. Il nous faut l’assumer, vivre avec, subir tout ce que cela comporte…

Notre mode de fonctionnement profond est en grande partie responsablede nos difficultés à choisir

Les différents choix

Dans le spectre du choix, cela va de « rien » à tout ! Et évidemment, tous les choix n’ont pas le même impact.

Entre choisir si je porte une robe ou une jupe et décider si je change de carrière, si je m’engage dans une relation longue, si j’émigre dans un autre pays ou plus grave encore, comme la question vitale (prendre la décision de l’aide médicale à mourir ou de ne pas suivre de traitement ou encore de donner sa vie pour une personne), les conséquences à gérer seront très différentes.

La décision finale n’aura pas le même poids, ni les mêmes conséquences sur votre vie et celle de votre entourage. D’où l’importance de penser avant de choisir, de connaitre les freins et les pièges à éviter et d’utiliser des outils appropriés.

Les différents freins

Si vous n’arrivez pas à vous décider, ça peut être aussi parce que :

  • Vous vous posez trop de questions, vous décortiquez trop, cherchant à avoir 100 % d’éléments, de réponses, d’informations.

Or, sachez que plus vous aurez de détails, plus votre choix sera difficile.

Car plus vous cherchez à prévoir tous les risques, les besoins, les spécificités, plus vous en découvrirez et moins vous pourrez y faire face.

Avantages et inconvénients se mêlent et s’entremêlent et plus vous y pensez, moins vous y voyez clair.


  • À l’inverse, vous avez de – en – moins l’esprit critique ! Trop souvent la tendance est d’aller vers ce qui est le plus beau, cliquant, tape à l’œil, qui présente bien…sans poser les bonnes questions, faire les recherches suffisantes, vous renseigner auprès de personnes compétentes.

Dommage ! C’est comme ça que vous passez à côté de belles occasions et que vous prenez de mauvaises décisions.

  • Vous avez peur de :
  • vous tromper
  • d’être jugé
  • faire le mauvais choix
  • décevoir
  • des conséquences
  • du risque
  • l’échec
  • regretter
  • rater quelque chose
  • se sentir enfermé, même dans un bon choix
  • réussir

et du coup, vous ne prenez pas de décisions.

Sachez qu’il vaut mieux faire un mauvais choix que pas de choix.

Ne pas choisir, c’est régresser et se priver d’apprendre.

Car il n’y a pas d’erreurs, il n’y a que des apprentissages.

Les peurs sont nos pires ennemies

Les pièges à éviter

Les 2 grands pièges à éviter lorsqu’on fait un choixayant une certaine importance :

Ne prenez jamais une décision sous le coup d’une émotion

Les crises, les moments intenses ou les circonstances extraordinaires peuvent nous pousser aux grandes décisions.

Pourtant face à un choix à faire, petit ou grand, il est plutôt conseillé de ne pas agir sous le coup de l’émotion.

Si vous traversez une crise, laissez donc passer la tempête et prenez du temps pour réfléchir posément.

  • Le temps

Donnez-vous aussi le temps qu’il faut, en fonction de l’importance de l’enjeu.

C’est vous l’acteur de votre vie, pas le temps !

À moins d’une urgence ou d’une question vitale, prendre le temps vous donnera des atouts. Vous serez mieux préparé et moins dans l’émotion !

(Sans pêcher dans l’excès inverse et tomber dans la procrastination, évidemment !).

Les outils pour mieux choisir

1) L’information

Il est nécessaire pour faire un bon choix de se renseigner, poser des questions, chercher des informations afin d’avoir les éléments utiles, indispensables, pertinents…sans vouloir trop en savoir ! Pour ne pas tomber dans le  » trop d’informations ». Avoir 80 % des infos est largement suffisant !

C’est là où l’esprit critique sera un atout.

2) Les conseils

N’hésitez pas à questionner les personnes compétentes ou ayant vécu une situation similaire ou encore dont c’est l’expertise.

Accepter de demander de l’aide pour voir le problème d’un nouvel angle

(Entendons-nous bien : de l’aide au discernement ! Pas des réponses toutes faites !).

On peut prendre aussi plusieurs avis auprès de personnes compétentes, mais attention aux conseils qui pourront vous être donnés : votre choix doit rester personnel c’est-à-dire adapté à votre personnalité, votre parcours, vos qualités et vos fragilités.

Ne laissez personne choisir à votre place !

3) L’analyse

J’en ai parlé dans mon autre article sur le choix. Je vous invite à le lire

Les méthodiques et les visuels aimeront répartir en deux colonnes les avantages et les inconvénients de tel ou tel choix.

J’ajouterais que de donner une note de 1 à 10 pour chaque item puis faire les 2 sommes (les + et les -) vous permettra d’affiner votre choix.

Car certains avantages seront peut-être moins lourds dans la balance que certains inconvénients et inversement.

Certains ont besoin de verbaliser les choses et de trouver une oreille attentive, un proche à qui exprimer leurs questions et leurs hésitations.

4) La question

Quel choix rendra ma vie ? mon travail ? ma relation ? etc … plus facile, correspond le plus à mes valeurs, m’apportera de la satisfaction ?

C’est un excellent indice qui peut vous guider !

5) L’anticipation positive

Si vous visualisez faire un choix X et que vous imaginez ce qui suivra, là encore cela peut vous éclairer dans votre décision.

En sachant qu’il est impossible de tout prévoir. Vous faites des hypothèses, vous imaginez des scénarios qui portent sur le futur.

Rien ne garantit que cela se déroulera tel que vous l’avez imaginé car vous n’avez pas le contrôle sur tout…et tant mieux !!!

Cela laisse une part à la spontanéité, l’imprévu, la découverte.

6) L’intuition

Vous vous êtes renseigné, vous avez demandé des conseils, vous avez bien saisi le mandat qui vous attend.

Faites-vous confiance… Suivez votre instinct

Il y a peu de chance que vous vous trompiez.

Et vous risquez même de faire un bon choix !

Sachez qu’il vaut mieux faire un mauvais choix que pas de choix !

Même si cela vous fait sortir de votre zone de confort

Car si vous ne bougez pas, vous régressez !

Et en cas de mauvais chemin, vous aurez toujours appris quelque chose et saurez comment faire dans le futur.

Et en cas d’erreur, une solution pourra toujours être trouvée.

Ce sera certes peut-être difficile, mais vous trouverez.

Au travail

Lorsque nous sommes des professionnels, vous pouvez vous retrouver confrontés à des choix difficiles :

  • Licencier une personne
  • Refuser ou, au contraire, accepter un contrat…
  • Confronter une personne
  • Quitter son emploi
  • Changer de carrière
  • Accepter un poste
  • Etc

Tous les outils que j’ai nommés avant vous aideront à faire un choix éclairé.

Ajoutez-y votre expérience, votre vécu, les faits.

Si je suis malheureuse dans un environnement, j’ai peut-être juste à changer de département ou de compagnie pour me rendre compte que ce n’est pas mon job qui est en cause, mais bien l’ambiance, l’atmosphère, le management que je vivais.

Si je suis confronté(e.) à une personne difficile, j’ai besoin de choisir par quel biais je vais changer cette situation :

En parler directement à la personne, au coordinateur, au directeur, aux RH… ?

Confronter la personne ou l’éviter ?

Ce que vous aurez remarqué précédemment, les circonstances, les personnes, les réactions et leurs les conséquences…. Tout va vous être utile pour vous guider dans votre choix.

Prenez le temps de faire le point, d’en parler à des personnes de confiance, d’aller chercher du support (si besoin est)

Conclusion

Nous faisons des choix continuellement, à longueur de journée, la plupart inconsciemment.

Et c’est simple et facile.

Par contre, lorsque nous avons des choix plus importants à faire, ça peut être un challenge qui nous effraie, pouvant créer de l’anxiété, des maux de tête (au sens propre comme au figuré !) et nous prendre temps et énergie.

Ces 5 outils vous aideront à faire de meilleurs choix possibles.

Vous serez bien outillé et votre stratégie sera plus efficace si vous suivez ce « mode d’emploi ».

Mais il y en a d’autres que je vous invite à découvrir. pour compléter votre boîte à outil !

Ainsi, vous vous donnerez plus de choix pour savoir mieux choisir ! 😉

Et pouvoir dire : « C’est mon choix » en toute sérénité.

Jacqueline ARBOGAST

contact@jarbogast.com
Auteure, coach, conférencière, formatrice, thérapeute

Ma mission est d’inspirer le plus de personnes à rebondir et bien vivre leur vie !

Pensez de partager cet article ! Il peut être utile à d’autres.
Merci d'avance pour eux.

Bénéficiez en tout temps de mes conseils
À travers mes livres et e-books
  • Le dico pour des relations saines

  • Les saboteurs sont parmi nous

  • Comment combattre la procrastination

  • Pour des relations saines au travail

E-book gratuit

 Des techniques concrètes et soutenues par 20 ans d'expériences sur le terrain en tant que coach, conférencière, formatrice agréée et psychothérapeute

E-book gratuit

 Des techniques concrètes et soutenues par 20 ans d'expériences sur le terrain en tant que coach, conférencière, formatrice agréée et psychothérapeute

Retour haut de page
X