Article de Métro par Jules Couturier, le 17 janvier à 8h57

Vous avez récemment vu un mème d’une personne des plus heureuses de voir son plan de soirée annulé, ce qui « l’oblige » ainsi à rester à la maison à ne rien faire en mangeant du maïs soufflé? C’est normal, ces publications qui prônent le self-care passif – le fait de prendre soin de soi en ne faisant pas grand-chose – abondent sur les réseaux sociaux, au grand plaisir des plus pantouflard.e.s d’entre nous. Peuvent-elles cependant entraîner des dérapages?  

À la base, les bienfaits du self-care sont importants et nombreux. Selon un article de Matthew Glowiak de l’Université du sud du New Hampshire, «il est prouvé cliniquement que de s’engager dans une routine de self-care réduit ou élimine l’anxiété et la dépression, diminue le stress, améliore la concentration, minimise la frustration et la colère, augmente le bonheur, et améliore l’énergie», notamment. Du point de vue de la santé physique, prendre soin de soi réduirait les chances de souffrir de maladies cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux et même de cancer. 

Mais arrêter de sortir pour se gaver d’un deux litres de crème glacée et binge-watcher six heures de Netflix, est-ce vraiment du self-care

Pour l’ergothérapeute Sophie Germain-Lacroix, veiller à sa santé mentale, c’est plutôt «prendre des pauses dans la journée pour voir comment on se sent, quels sont nos besoins, et ce qu’on doit mettre de l’avant pour se sentir bien. Le but est de ne pas attendre plusieurs mois pour se rendre compte qu’on ne va pas bien, qu’on est surchargé, qu’on avance sur le pilote automatique en ayant perdu le sens de notre quotidien».  

Risque de laisser-aller? 

Si l’attitude mise de l’avant dans ces mèmes rigolos qui nous incitent à rester enroulé.e dans notre Snuggie semble inoffensive, elle peut aussi mener à un laisser-aller nocif et perpétuel, croit Jacqueline Arbogast, psychothérapeute.   

Ainsi, au nom du self-care, des personnes pourraient décider de faire la patate de divan des jours durant et ne manger que de la malbouffe en regardant des téléréalités insipides, sans sortir de chez elles. Une dérive que Mme Arbogast a déjà observée parmi sa clientèle.  

«Les gens ne font pas la différence entre s’écouter et prendre soin de soi. Il y a des nuances à apporter, souligne-t-elle. D’autant plus qu’il est compliqué pour les personnes qui ont ce genre de laisser-aller de se reprendre en main. Certains culpabilisent, s’autopunissent en continuant de se laisser aller, en se disant qu’il est trop tard pour se reprendre. Il y a un risque de tomber dans un cercle vicieux.»  

Et, combinée à une mauvaise alimentation, l’inactivité physique est «la deuxième cause réelle de mortalité après le tabagisme aux États-Unis», rappelle Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention à l’Institut de cardiologie de Montréal. 

La psychothérapeute souligne qu’il est important d’écouter ses envies mais aussi les besoins de notre corps et de notre tête. Le self-care doit, selon elle, permettre une introspection qui amène les gens à prendre conscience de ce qui est bon ou pas pour eux. «En voulant prendre soin de soi, certains tombent dans quelque chose qui n’est plus prendre soin de soi [puisqu’ils décident d’éteindre leur cerveau plutôt que de le stimuler avec des comportements qui leur font vraiment du bien].» 

La grande majorité des gens seraient cependant en mesure de trouver un juste équilibre entre repos et stimulation puis de faire naturellement ce qui est bon pour leur santé physique et mentale. «Si ta définition du self-care est d’écouter Netflix et de manger mal, il peut y avoir des revers oui, mais si tu t’écoutes réellement après deux semaines à entretenir des mauvaises habitudes, tu ne seras plus bien. Normalement, tu vas vouloir passer à quelque chose qui te permettra de te ressourcer», indique de son côté l’ergothérapeute Sophie Germain-Lacroix.  

La spécialiste fait d’ailleurs un parallèle avec l’alimentation intuitive: «Si tu fais juste manger des chips, oui au début tu vas manger le sac au complet, mais à un moment donné, tu vas te sentir mal et tu vas vouloir en manger moins.»  

Mais si les gens éprouvent du plaisir à être stationnés dans leur fauteuil à manger des chips, il n’y a pas de problème non plus, pense la nutritionniste Marilou Morin. «Chacun est maître de son corps et de ses décisions», soutient-elle. 

Mme Morin fait toutefois une mise en garde: si on observe une perte de plaisir à ces habitudes généralement considérées comme malsaines et qu’on n’arrive plus à réintroduire la socialisation et de bonnes habitudes, on fait peut-être face à un épisode dépressif. Il est alors fortement recommandé de demander de l’aide.  

Le self-care, ce n’est pas tout  

Autre risque associé à la promotion du self-care passif sur les réseaux sociaux: que les gens pensent que ne rien faire soit leur seule option pour aller mieux et se sentir épanouis. 

Pour mener une vie équilibrée, il y a huit aspects à considérer selon l’ergothérapeute Sophie Germain-Lacroix: activer son corps et son esprit, créer des liens, contribuer à la société, développer et exprimer son identité personnelle, développer ses capacités et son potentiel, vivre du plaisir et de la joie, construire sa prospérité et… prendre soin de soi en demeurant à l’écoute de ses besoins quotidiens. 

Jacqueline ARBOGAST

contact@jarbogast.com
Auteure, coach, conférencière, formatrice, thérapeute

Ma mission est d’inspirer le plus de personnes à rebondir et bien vivre leur vie !

Pensez de partager cet article ! Il peut être utile à d’autres.
Merci d'avance pour eux.

Bénéficiez en tout temps de mes conseils
À travers mes livres et e-books
  • Le dico pour des relations saines

  • Les saboteurs sont parmi nous

  • Comment combattre la procrastination

  • Pour des relations saines au travail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

E-book gratuit

 Des techniques concrètes et soutenues par 20 ans d'expériences sur le terrain en tant que coach, conférencière, formatrice agréée et psychothérapeute

E-book gratuit

 Des techniques concrètes et soutenues par 20 ans d'expériences sur le terrain en tant que coach, conférencière, formatrice agréée et psychothérapeute

Retour haut de page