Comment accueillir et gérer ses émotions en 7 points

0
1354
Comment accueillir ses émotions
Vous est-il déjà arrivé de vous sentir envahi par l’émotion
et de ne pas savoir comment en sortir?
De vous sentir mal à l’aise, peut-être même ridicule,
parce que vous aviez pleuré ou même ri ?
De vous sentir vous « noyé » dans une émotion
sans vraiment savoir la définir ?
Les émotions font parties de nous au même titre
que nos pensées.
Ce sont des manifestations physiologiques spontanées
et rapides.
Elles ne durent pas.
Cependant, la plupart d’entre nous les voient de manière négative, comme un fardeau, voire un handicap.

Montrer une émotion est souvent perçue comme :

  • un signe de faiblesse, surtout s’il s’agit d’une peine
  • un manque de contrôle s’il est question de la colère.
Et pourtant !
Les émotions ont un rôle très précis. Elles sont là car elles sont vitales !
Elles ont une fonction très précise : ce sont des messages !
Elles se manifestent suite à un stimulus  « positif » comme « négatif » :
  • un incident comme un accident, une complication, un imprévu, un problème
  • un événement inattendu ou prévu, une surprise
  • un achèvement, une réalisation
  • etc
Bien sur, selon qu’on est un homme ou une femme, qu’on appartienne à une culture ou une autre, leurs manifestations se feront de manières différentes.
Mais leurs sources seront identiques.
Les chercheurs ont défini 4 émotions de base :
  • la peur
  • la colère
  • la tristesse
  • la joie.
A cela, nous pouvons ajouter des émotions dites « secondaires ». Comme la honte, qui est mélange de colère et de peur non exprimées que l’on retourne contre nous. Ou le dégoût qui correspond à un rejet instinctif ou culturel doublé d’une certaine violence.
L’intensité des manifestations pourra varier selon les circonstances, la personnalité, l’âge, la culture.
Si vous désirez pouvoir mieux contrôler vos émotions, le plus important est de comprendre à quoi elles correspondent.

 

1- Le message des émotions
 
Toutes les émotions sont le reflet d’un manque.
 
Ainsi pour :
  • la colère : c’est la réaction à un refus, un sentiment de manque de respect comme une agression verbale ou physique ou face à une injustice.
  • la peur : elle est là pour nous protéger. Si nous ressentons un manque de sécurité, d’amour, de respect, la peur est notre signal d’alarme (Pour en savoir plus!)
  • la tristesse est le reflet également d’un manque, cette fois-ci concernant :

– un être cher (personne, animal), par exemple suite à un décès ou une séparation
– des résultats : échec personnel, faillite, accident
– une mauvaise nouvelle : espoirs interrompus, désillusions

  • la joie : elle est présente dans notre vie pour nous faire prendre conscience de ce qui est bon pour nous. Si nous n’avions aucune sensation de joie, nous ne saurions pas ce qui nous fait plaisir, et il n’y aurait plus de complicité, d’amour, de réalisations, etc…      
2- Toutes les émotions sont nécessaires !
 
Les émotions ont un rôle important dans nos vies. Elles sont comme des baromètres.
Elles nous aident à traverser nos évènements de vie.
Ainsi, la tristesse et la colère font partie du processus de deuil et sont nécessaires pour permettre l’évolution et le changement.
3- Comment les reconnaître ?
Il est important de savoir les identifier car, parfois, nous pouvons être « berné » par des émotions « rackets ».
 Par exemple :
  • Un garçon à qui on aura appris que « les hommes, ça ne pleurent pas! » n’arrivera pas à exprimer sa tristesse et elle se manifestera par la colère
  • Une fille qui aura intégré qu’elle ne doit pas montrer de colère pleurera lorsqu’elle la ressentira.
Par ailleurs, chaque émotion peut avoir une « couleur », un peu comme les palettes dans les magasins de peinture, pleine de nuances, du plus clair au plus sombre.
Ainsi, entre la surprise, l’étonnement, l’affolement, l’angoisse, l’appréhension, la crainte, l’effarement, l’effroi, l’épouvante, la frayeur, l’inquiétude, la panique, la phobie, la terreur, pour ne citer que quelques unes des nuance de peur, vous comprenez que le choix est vaste.
Par contre, et c’est tant mieux!, chaque émotion de base aura des manifestations physiologique propres à elle.
Si vous ressentez une sécrétion massive d’adrénaline, une tension artérielle qui s’élève, la respiration qui s’accélère, vous ne vous direz pas que vous êtes joyeux ! C’est plutôt la colère qui vous habite à ce moment là.
Vous avez là une très bonne clef pour vous aider ! Plus vous repèrerez les manifestations physiques de vos émotions, mieux vous arriverez à les cerner.

 

4- Décodez le message de l’émotion
Avant de vous précipitez sur votre voisin sous le coup de la colère, demandez vous pourquoi vous la ressentez !
Cela vous permettra de :
  • comprendre pourquoi vous vivez cette émotion
  • comment la maîtriser
  • quoi faire
 Si, par exemple votre voisin envahit votre jardin avec ses détritus, vous ressentez certainement  de la colère car pour vous c’est un manque de respect flagrant.
Vous pouvez alors prendre votre carabine et tirer sur lui, mais je ne vous le conseille pas! Nous ne sommes plus au Far Ouest, c’est vous qui aurez les ennuis et cela ne résoudra pas forcément le problème.
D’autre part, il existe d’autres moyens de régler la situation :
dialogue
  • arrangement à l’amiable
  • intervention du syndicat des copropriétés
  • amende
  • démarches légales
  • recours à la justice
  • etc
5- Distinguer émotion et sentiment
Comme je l’ai dit au début, les émotions sont liées à un événement, elles surviennent soudainement et disparaissent très vite.
Par contre, les sentiments s’inscrivent dans la durée, durent plus longtemps et sont moins nuancés dans leur expression et leur intensité.
Si j’ai échoué à une épreuve et qu’après avoir éprouvé la sensation de tristesse, lié à cet échec (Chronique Radio: Vous avez dit échec ?), j’entretiens toujours de la peine, de la colère, du doute, du manque d’estime de moi, du manque de confiance en moi, je suis en train de « cultiver » des sentiments qui vont perdurer.

 

6- Accepter les émotions et en parler
Les émotions sont, je le répète, juste des messages. Il n’y a pas d’émotions positives ou négatives.
Ce sont les moyens utilisés pour les exprimer, qui le sont. Il est évident que si je reçois un diplôme ou une récompense, que je ressens de la joie et que je souris, cela sera plus adapté que si je crie, que je grimpe partout, que je mets à courir et à sauter même de joie, etc…
La plupart du temps, un moyen très simple et très aidant pour gérer une émotion est d’en parler, de mettre des mots dessus.
Cela permet de prendre du recul, de clarifier nos idées, de trouver des pistes de solutions.

 

7- Prendre modèle autour de vous
Chacun à ses forces et ses faiblesses. Si vous vous sentez « handicapé » émotionnellement, regardez autour de vous et voyez comment réagissent les personnes de votre entourage face aux évènements.
Choisissez ceux et celles à qui vous aimeriez ressembler pour faire face à tel ou telle situation.
Peut-être que ça sera votre collègue pour son calme, votre ami pour son humour, votre frère pour son détachement.
N’hésitez pas à les « imiter » ! Plus vous pratiquerez, plus vous serez à l’aise!
Les émotions sont les piments de la vie. Elles font de nous des êtres humains et pas des robots. Il est essentiel de les vivre pleinement pour goûter à toutes les richesses de la vie. Aussi je vous invite à les accueillir comme un bienfait et à les gérer pour en faire des atouts !
Sur ce, je vous souhaite des émotions riches, variées, nombreuses!

 

J. Arbogast

contact@jarbogast.com
Auteure, coach, conférencière, formatrice, infopreneure,
ma mission est d’inspirer le plus de personnes à rebondir plus facilement et bien vivre leur vie!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here