Comment réduire l’angoisse et se débarrasser des chaînes de la culpabilité

Cet article a été rédigé par l’équipe du site davidlaroche.fr

La culpabilité, ce sentiment que nous éprouvons généralement après avoir fait intentionnellement ou non une chose que nous jugeons négative. Un sentiment profondément lié à notre code moral, nos valeurs, notre notion du bien et du mal.

Nonobstant le sujet de cet article, la culpabilité en elle-même n’est pas une chose totalement mauvaise. Dans certains cas, elle participe même à un gain de productivité dans la mesure où se sentir mal après avoir commis une erreur peut entraîner des changements instantanés et la prise de décisions différentes à l’avenir.

Mais la culpabilité qui pose problème et qui a déjà détruit la vie de tant de personnes est ce que les experts qualifient de culpabilité chronique. Ce type de culpabilité peut rapidement conduire à des actions d’auto-destruction ou une anxiété généralisée. Comment repérer ce type de culpabilité ? Et surtout comment s’en défaire pour de bon ?

Un aller simple pour l’enfer

Il n’est pas toujours facile de comprendre ce qu’est la culpabilité. La culpabilité décrit un sentiment de regret ou de responsabilité lié à des événements ou des prises de décision. On peut se sentir coupable de choses qu’on a réellement mal faites, de choses qu’on croit être de notre faute ou encore de choses dont on a aucune responsabilité. 

Cette dernière catégorie est assez surprenante. Le biais du survivant par exemple, peut affecter les personnes qui ont survécu à des tragédies lorsque de nombreuses autres sont mortes. 

Autre exemple, la culpabilité d’une femme victime de harcèlement ou de viol qui finit par se convaincre que tout ceci est arrivé par sa faute. 

Lorsque la culpabilité devient chronique, ses effets psychologiques sont dévastateurs (1). 

Faible estime de soi, auto-dénigrement, difficulté à gérer sa colère, dépression, etc.  

Vous perdez tout simplement votre aptitude à pouvoir profiter de la moindre chose de bien, vous ne pouvez plus simplement être heureux. Et bien évidemment, elle peut avoir des répercussions physiques (2). 

Se débarrasser de l’illusion de la perte

En règle générale, lorsque nous commettons une erreur, la culpabilité naît d’une interprétation relativement basique. Automatiquement et de façon systématique, nous analysons la situation sous une perspective de gain ou de perte pour nous ou pour autrui. En réalité, il s’agit plutôt d’une illusion de perte. 

La culpabilité est une émotion conditionnée. En d’autres termes, nous apprenons à nous sentir coupables. Depuis tout petit, les codes, normes sociales et valeurs morales ayant fait notre éducation vont diriger nos actions et déterminer les conditions de naissance de ce sentiment. Et chaque fois que nous considérons avoir transgressé l’une de ces règles, on se met à se culpabiliser. 

Cependant, gardez ceci à l’esprit : au-delà de toute notion de bien et de mal, le plus important est de maintenir l’équilibre. En d’autres termes, là où il y a perte, il y a également gain. Si une séance de travail a dû être reportée parce que vous avez oublié quelque chose d’important, il est totalement normal de la vivre comme un échec. Après tout, vous avez échoué à garantir le nécessaire pour que la réunion se tienne et cela aura très certainement contrarié vos collègues. Mais ça s’arrête là. 

Faites sincèrement votre Mea Culpa et tenez-vous-en là. L’expérience s’acquiert beaucoup plus au fil des échecs. Cet oubli par exemple vous apprendra à vous organiser autrement pour ne rien oublier d’important à l’avenir ; donc vous avez également gagné quelque chose.

S’affranchir des codes

Nous l’avons vu plus tôt, la culpabilité est principalement une émotion conditionnée par tout ce que la société nous a appris. Nietzsche disait d’ailleurs que : “La grande majorité de la culpabilité qu’on ressent est liée à tous les codes qui nous sont imposés”. 

Autrement dit, ce sentiment de culpabilité que vous éprouvez et qui vous ronge à chaque fois que vous pensez avoir mal agi est en fait un ordre. Un ordre donné par une tierce personne et dont la substance est la suivante : “ inflige-toi de la douleur toutes les fois où tu transgresseras les codes que je t’ai donnés ”. Certes, nous ne saurions vivre en société sans un certain nombre de règles. Mais allez-vous réellement vivre tous les événements de votre vie sous le prisme du diktat d’une autre personne ? Certainement pas ! 

Autant certaines règles garantissent paix et cohésion sociale, autant il y en a énormément qui en substance sont totalement superflues. Ces règles vous placent inutilement sous le joug d’un sentiment destructeur qui a en plus la mauvaise manie de s’auto-entretenir passé un certain point. Aussi, est-il particulièrement important que vous reteniez ceci : “ la morale est une notion extrêmement dynamique et temporelle « . Une chose très mal considérée dans notre culture, peut-être d’une énorme banalité dans une autre. Et vous n’êtes certainement pas de ceux-là qui pensent détenir le savoir absolu. 

Ne soyez pas un mouton, ne suivez pas bêtement le troupeau ! Votre entourage, vos parents vous indiqueront le cap. Mais le choix du chemin reste votre droit absolu et inaliénable. Alors saisissez-vous-en ! À partir du moment où un code social ne cadre pas avec vos valeurs, débarrassez-vous en. Cela dit, soyez toujours prêt à assumer pleinement vos actes.

Culpabilité non ; responsabilité plutôt

Sachez-le, la culpabilité en elle-même est un sentiment intrinsèquement inutile. Plutôt que de passer des heures, des jours voire des années à se lamenter et traîner ce fardeau, il faut plutôt savoir accepter ses responsabilités. Ruminer sa culpabilité non stop, c’est davantage s’exposer au biais des coûts irrécupérables (3) dans les prochaines décisions que l’on prend. 

Devant le fait accompli, posez-vous plutôt la question suivante : où se situe ma responsabilité ? Qu’aurais-je dû faire différemment ? Et surtout où est-ce que j’ai encore du pouvoir et dans quelle mesure puis-je corriger le tir ? 

Ce faisant, vous serez une personne résolument inscrite dans l’action et qui ne perd jamais son temps dans d’inutiles jérémiades. Vous trouverez d’ailleurs dans cette vidéo, des clés très utiles pour transformer vos doutes et mauvaises pensées en impulsions pour devenir inarrêtables. Prendre ses responsabilités et agir pour corriger dans la mesure du possible son erreur est une façon très efficace de vaincre la culpabilité.

Conclusion 

La culpabilité est une réponse émotionnelle naturelle qui nous vient chaque fois que nous jugeons notre comportement inapproprié pour nous et pour autrui. C’est un outil avec une fonction sociale très pertinente dans la mesure où elle nous permet entre autres de faire attention aux autres. 

Cependant, lorsqu’elle devient excessive ou chronique, la culpabilité détruit assurément la vie de celui qui l’éprouve. À ce stade, la culpabilité traduit un énorme manque de compassion pour soi-même. C’est un signe qu’il est désormais plus que temps que vous vous replaciez au centre de votre propre vie. Que vous appreniez à accepter le fait que le passé ne se rattrape pas, mais qu’il peut servir de tremplin pour un avenir meilleur. 

Souvenez-vous, autant vous avez l’impression de perdre quelque chose avec votre erreur, autant il y a à gagner dans cette situation. Chaque erreur a le potentiel de faire de vous une bien meilleure personne. Alors, la prochaine fois que la culpabilité s’invite, arrêtez-vous un instant, respirez un coup, acceptez la réalité et avancez.

Sources

  1. Tilghman-Osborne, C., Cole, D. A., & Felton, J. W. (2014, August 3). Definition and measurement of guilt: Implications for clinical research and practice. Clinical Psychology Review, 30(5)  – PMID: 20451312
  2. Belden, A. C., Barch, D. M., & Oakberg, T. J. (2015). Anterior insula volume and guilt: Neurobehavioral markers of recurrence after early childhood major depressive disorder. JAMA Psychiatry, 72(1)
  3. Arkes, H. R., & Blumer, C. (1985). The psychology of sunk cost. Organizational behavior and human decision processes, 35(1), 124-140
Jacqueline ARBOGAST

contact@jarbogast.com
Auteure, coach, conférencière, formatrice, thérapeute

Ma mission est d’inspirer le plus de personnes à rebondir et bien vivre leur vie !

Pensez de partager cet article ! Il peut être utile à d’autres.
Merci d'avance pour eux.

Bénéficiez en tout temps de mes conseils
À travers mes livres et e-books
  • Le dico pour des relations saines

  • Les saboteurs sont parmi nous

  • Comment combattre la procrastination

  • Pour des relations saines au travail

E-book gratuit

 Des techniques concrètes et soutenues par 20 ans d'expériences sur le terrain en tant que coach, conférencière, formatrice agréée et psychothérapeute

E-book gratuit

 Des techniques concrètes et soutenues par 20 ans d'expériences sur le terrain en tant que coach, conférencière, formatrice agréée et psychothérapeute

Retour haut de page
X