Non ! Vous ne m’atteindrez pas

Jeudi 14 juillet, fin de journée…
À Montréal, il faut beau, il fait chaud…
Je m’apprête à rentrer chez moi et à savourer cette belle soirée.
Sur la route du retour, j’entends la nouvelle à la radio.
J’ai pris le parti, depuis plusieurs années, de ne pas beaucoup écouter les informations et surtout pas le soir. Elles sont trop souvent négatives.
Mais à la place de mon émission habituelle, c’est un flash spécial…
Un nouvel attentat en France, à Nice.
Le nombre de personnes mortes ou blessées augmente avec les heures.
Je ressens une grande nausée.
Je vis un malaise qui dure et qui va m’accompagner pendant la soirée.
Au réveil, les nouvelles se sont aggravées.
Alors je me sens encore mal et je fais un effort pour me concentrer à mon travail.
Partout, dans tous les médias, on ne parle que de ça.
J’ai envie d’être ailleurs, sur une autre planète.
Et donc je m’interroge.
En quelques jours, j’ai entendu parler de 5 policiers tués à Dallas, d’une enfant de 5 ans et sa mère assassinées et maintenant ce carnage.
Je me sens soudain très triste, déprimée, un poids lourd sur le cœur.
J’ai l’impression d’un puit sans fond.
Depuis que le monde est monde, il y a toujours eu des tragédies causées par l’homme : guerres, meurtres, viols, violences, tortures, …
J’ai pour principe de chercher et trouver « le bouddha en or » à l’intérieur de chacun de nous.
Depuis des décennies, j’ai un profond amour pour les êtres humains.
Je me bats et je consacre ma vie à les aider, les faire grandir, les soulager.
Là, c’est comme la goutte d’eau qui fait déborder le vase.
J’ai l’impression d’être Don Quichotte contre les moulins à vent.
J’ai l’impression d’un combat sans fin, voué à l’échec.
Que toujours, partout, en tout temps, il y aura des êtres qui détruiront des vies, au nom de principes, croyances, religions, émotions, mal-être…
Que ça ne s’arrêtera jamais.
C’est désespérant!
Et puis, je lis des messages, des citations, des réactions sur les réseaux sociaux, les fils d’actualité.
Il y en a beaucoup qui parle d’amour.
Je me rappelle alors pourquoi je n’écoute pratiquement pas les nouvelles.
Trop souvent, ce ne sont que des informations négatives ou des catastrophes qui nous sont partagées.
Et elles sont répétées en boucle ad nauseum.
Je n’ai plus envie de remplir ma vie de ce « beurk ».
Je ne veux pas me focaliser sur ces évènements et ces poignées d’hommes qui ne représentent pas l’humanité.
Je ne veux pas perdre de vue que la majorité des êtres humains sont … « humains ».
Je veux :
  • voir tout ce qu’il y a de beau, bien, bon autour de moi.
  • savoir toutes ces initiatives, un peu partout dans le monde, pour améliorer la vie des autres, préserver la terre, aider les plus démunis.
  • entendre les chants d’amour, les poèmes, les musiques de cœur.
  • ressentir la bonté, la gentillesse, l’amour, la tolérance, le respect.
  • garder mon attitude positive réaliste dont je parle dans une de mes infolettres précédentes positive réaliste
  • rebondir!Rebondir
Et bien qu’on ne parle pas beaucoup d’eux, cette majorité silencieuse fait la beauté de ce monde.
C’est réconfortant, ça donne de l’énergie, c’est prometteur.
Par conséquent, je veux garder mes espoirs, mon optimisme réaliste, ma confiance.
Je relis le texte de l’Abbé Pierre.
Et je m’y retrouve !
Et je me dis : Non! Vous ne m’atteindrez pas!
Conclusion : je vais continuer de croire en l’être humain et en ma mission de transmettre l’amour de soi et des autres!
« Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.
Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.
Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.
Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.
Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.
Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.
Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent.
Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes.
Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur.
Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse.
J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter… »
L’Abbé Pierre
Et vous, que comptez-vous faire ?

J. Arbogast
pbagnpg@wneobtnfg.pbz
Auteure, coach, conférencière, formatrice, infopreneure,
ma mission est d’inspirer le plus de personnes à rebondir plus facilement et bien vivre leur vie!

Jacqueline ARBOGAST

pbagnpg@wneobtnfg.pbz
Auteure, coach, conférencière, formatrice, thérapeute

Ma mission est d’inspirer le plus de personnes à rebondir et bien vivre leur vie !

Pensez de partager cet article ! Il peut être utile à d’autres.
Merci d'avance pour eux.

Bénéficiez en tout temps de mes conseils
En suivant mes blogues
  • Le développement personnel

  • Les relations de couple

  • Le bien-être au travail

  • La "retraite-avenir"

À travers mes livres et e-books
  • Le dico pour des relations saines

  • Les saboteurs sont parmi nous

  • Comment combattre la procrastination

  • Pour des relations saines au travail

error: Ce contenu est protégé!

E-book gratuit

 Des techniques concrètes et soutenues par 20 ans d'expériences sur le terrain en tant que coach, conférencière, formatrice agréée et psychothérapeute

Retour haut de page
X